ChroniquesSlideshow

Creeper – Sex, Death And The Infinite Void

Deux ans après une séparation quelque peu brutale, Creeper se reforme et revient aux affaires. Le premier album, “Eternity, In Your Arms” (2017) avait fait très bonne impression et c’est donc avec joie que l’on accueille son successeur. C’est donc le dénommé  “Sex, Death & The Infinite Voidqui aura la lourde tâche de confirmer tout le bien que l’on pense des Britanniques. Ce challenge sera-t-il couronné de succès ?

Un style rodé

Le deuxième disque de le bande de Will Gould s’avère très riche et dans la droite lignée de son prédécesseur. Le registre punk rock teinté de mélodies et refrains efficaces fait toujours mouche et démontre une expertise certaine. “Annabelle” avec son groove entraînant ou encore “Cyanide” résument à eux deux tout ce qui fait le charme du sextette. La variété est de mise et on sent une réelle volonté de la bande de Southampton de ne pas se donner de cadre rigide. Des morceaux aux tempos plus lents apportent une diversité efficiente (“Poisoned Heart”, “All My Friends”). On peut également souligner l’utilisation avec justesse de la claviériste Hannah Greenwood qui donne de la voix sur certains titres (“Four Years Ago”, “Napalm Girls”). Tous ces artifices ajoutent une réelle épaisseur à l’ensemble et une densité efficace.

Des limites dommageables

Cette nouvelle production des Anglais respire l’habileté mais la totalité de l’album peine à convaincre entièrement. D’excellentes idées sont à piocher dans chaque composition mais le tracklisting semble manquer de cohérence. Et peu à peu l’intérêt se perd en cours de route au point d’en laisser l’auditeur désemparé. Les courts interludes intercalés entre les morceaux avaient pour but d’en rajouter au côté théâtral du groupe. Mais cette opération se retourne finalement contre elle-même, en cassant le rythme de l’écoute. A vouloir jouer sur une palette très large, la formation s’égare quelque peu. Cet écueil est dommageable mais en aucun cas rédhibitoire.

Un album plein de promesses

“Sex, Death & The Infinite Void” confirme tous les espoirs qu’avaient suscité la première offrande de Creeper. Le style y est clair et fortement séduisant. Le seul regret se portera sur le fait que le disque se veut très ambitieux et donc parfois désordonné. Mais une fois le curseur bien réglé, les Britanniques n’auront aucun mal à créer de nouveaux morceaux dont ils ont le secret. Cette seconde réalisation est en tout cas fort prometteuse et Creeper fait clairement croire à des lendemains qui chantent !

Informations

Label : Roadrunner Records
Date de sortie : 31/07/2020
Site web : www.creepercult.com

Notre sélection

  • Cyanide
  • Annabelle
  • Four Years Ago

Note RUL

 3,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire