Chroniques

Clutch – Book Of Bad Decisions

Près de vingt cinq ans de carrière axées sur une route parsemée de virages, Clutch exporte sa sonorité lourde du Maryland encore une fois. Allant du punk hardcore jusqu’au heavy metal, le quatuor maintient sa ligne directrice apparaissant sur le deuxième album éponyme, le stoner rock aux grooves endiablés. Pour fêter cet anniversaire et nous botter l’arrière train comme il faut pour cette rentrée, le douzième album de la formation, nommé “Book Of Bad Decisions”, débarque dans les bacs.

La pochette dévoile l’humour satyrique de la bande en nous criant “America, Fuck Yeah!” à la figure. Ce Livre des Mauvaises Décisions trouve son lien de parenté avec l’un des emblèmes de fierté des États-Unis derrière lequel il devient alors impossible de se cacher depuis bien des années. Dès les premières notes de “Gimme The Keys”, la six cordes de Tim Sult et la voix de Neil Fallon volent dans les plumes de cet aigle chauve. L’électricité est dans l’air, la subtilité un peu moins quand on se laisse emporter par la dynamique basse/batterie de Dan Maines et Jean-Paul Gaster.

Inutile de résister, le groove emporte tout sur son passage en nous laissant que très peu d’instants de répit. Marinant principalement dans le blues gorgé de fuzz, l’humour est omniprésent, notamment avec “Hot Bottom Fedder” et sa recette de gâteau au crabe centenaire. La tournée commune entreprise avec Primus a laissé des traces qui ajoutent un peu de piment à l’essence du groupe. Au delà du rire, l’excellent “How To Shake Hands” ne laisse aucune chance à l’administration Trump, et pour citer le sage Debbache : “On est pas là pour tirer sur l’ambulance. On est là pour lui défoncer sa race à l’ambulance”. Tendez l’oreille et vous ne serez pas déçus. “First thing that I’m gonna do is disclose all those U.F.O.s, put Jimi Hendrix on the 20 dollar bill and Bill Hicks on a five note”.

Parmi les changements opérés, une production brute avec Vance Powell aux commandes, connu pour ses collaborations avec toutes les formations de Jack White et Red Fang. Il n’est pas question de transformation à grand échelle, plutôt de modifications mineures qui permettent aux quinze titres d’être le plus fluide possible avec les influences distillées avec brio au studio Sputnik Sound de Nashville, passant de Black Sabbath à Electric Six, dont les envolées vocales de Fallon semblent s’inspirer. Le producteur souligne ce côté funk avec les cuivres de “In Walks Barbarella”. “Straight out the mothership! Weaponized funk”, clame le chanteur avec fureur.

Mais l’apport majeure de Powell réside dans son amour de l’analogique, ce qui a permis de capturer un aspect live qui appuie le charme de cet album. Le quatuor délivre des histoires personnelles au service d’un disque à l’identité confirmée à travers un son massif. Plus dense et pourtant, loin d’être indigeste peu importe l’auditoire. Les ambiances cosmiques ne sont pas de mise sur cet opus, seul un aspect sauvage demeure parmi cette cohérence.

C’est une belle évolution que nous offre Clutch avec “Book Of Bad Decisions”. Une heure à taper du pied sous l’emprise de rythmes enlevés dont on ne peut nier la puissance, ce douzième album place la barre très haut en apportant du matériel qui ne trouvera pas son pareil lors de la tournée du groupe. L’écouter, c’est l’adopter.

Informations

Label : Weathermaker Music
Date de sortie : 07/09/2018
Site web : www.pro-rock.com

Notre sélection

  • Gimme The Keys
  • Book Of Bad Decisions
  • How To Shake Hands

Note RUL

4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire