ChroniquesSlideshow

Biffy Clyro – Balance, Not Symmetry

Vendredi, le monde s’est réveillé en apprenant la mort de Grumpy Cat, félin grognon le plus célèbre d’Internet. Mais il s’est aussi réveillé avec dix-sept nouveaux morceaux de Biffy Clyro à se faire exploser dans les oreilles.

Balancé à l’improviste, “Balance, Not Symmetry”, pour rappel, n’est pas à proprement parler un album de Biffy Clyro. Les Ecossais signent ici la bande originale du film du même nom, dont Simon Neil co-signe également le scénario.

Alors, allait-on voir Simon Neil, Ben et James Johnston se transformer en Alexandre Desplat, Hans Zimmer et John Williams le temps d’un disque ? Manifestement, non. Comme en témoignent d’emblée les premières notes du titre d’ouverture. Ça tape fort, ça gratte fort, ça crie fort, bref, ça sonne comme du Biffy Clyro. Si quelqu’un vous demande : “c’est quoi, Biffy Clyro ?”, faites leur écouter cette chanson.

La patte de la bande, on la retrouve tout au long de l’album. “Sunrise” transpire le circle pit enragé dans lequel on perd sueur, chaussures et dignité.

L’ambitieuse “The Naturals”, avec son énorme refrain, fait figure d’hymne de stade, comme “Touch” et sa montée en puissance, qu’on s’imagine scander en choeur bras dessus, bras dessous avec une foule extatique.

“Plead”, sous ses airs de ballade tranquille, finit par se révéler comme une explosion ardente sur son dernier tiers.

Vraies ballades cette fois-ci, l’acoustique “Different Kind Of Love”, déjà présente sur le “MTV Unplugged (Live At Roundhouse, London)” (2018), et “Colour Wheel” présentent le groupe sous son côté plus doux.

Les pop rock “All Singing And All Dancing”, “Jasabiab” et “Tunnels And Trees” auraient quant à elles tout à fait leur place sur la B.O. d’une comédie dramatique feel good américaine.

Que ce soit grâce à la production clean et légère d’Adam Noble (Placebo, Nothing But Thieves), ou au fait de composer avec un objectif différent en tête, l’album dégage dynamisme et créativité. L’ensemble est à la fois rafraîchissant et vite familier, le groupe vibrant, plein de vie et d’envie. Cette B.O., c’est l’occasion d’essayer de nouvelles choses.

Déjà, l’utilisation intensive du piano. Sur “Adored”, le groupe tente – et réussit – un piano/voix, qui fait office de générique de fin empreint de mélancolie. “Gates Of Heaven” et “Following Master” ne ressemblent à rien de ce que le trio a fait auparavant. Sur la seconde, le piano se mêle à des riffs grondants de guitare pour un rendu tout bonnement grandiose. Complexité technique, ruptures inopinées, progressions au sein des morceaux, les tonalités changent, mais la formule reste la même.

Dans la veine de certains titres de “Opposites” (2013), “Fever Dream” trempe dans les sonorités électroniques planantes. Probablement le morceau le moins “Biffy” du disque, mais le plus intéressant. Glissant progressivement d’un rêve mystique vers un saisissant cauchemar de distorsion, le morceau dégage quelque chose de très cinématographique. Cette cinématographie, on la retrouve également sur une palette d’interludes instrumentaux vaporeux : “Pink”, “Navy Blue” et “Yellow”.

Car si l’album ressemble plus au digne successeur de “Ellipsis” (2016) qu’à une bande originale classique, il dégage toutefois une certaine cinématographie. Peut-être réside-t-elle dans sa capacité à plonger l’auditeur dans des univers éclectiques, des atmosphères variées, mais en gardant une cohérence totale. Pas de symétrie, mais un équilibre, donc.

Bribes de Biffy old school, touches de “Ellipsis” et “Puzzle” (2007), grosses doses de “Only Revolutions” (2009) et “Opposites” et innovations, “Balance, Not Symmetry” sonne comme l’album d’un groupe célébrant son passé, mais regardant vers l’avenir.

Pour les éternels nostalgiques de “Jaggy Snake”, qui risquent de rendre hommage à feu Grumpy Cat en restant renfrognés à l’écoute de ce “Balance, Not Symmetry” plus soft, on conseille d’aller lire notre interview du groupe réalisée l’année dernière. Au sujet du prochain album, vrai successeur de “Ellipsis”, Simon Neil nous confiait en riant : “On n’est pas ce groupe de rock qui se tourne vers le rock acoustique. On veut être des ados crasseux à nouveau sur le prochain album !” Ou alors, d’aller se rabattre sur le dernier Rammstein.

Informations

Label : Warner Music
Date de sortie : 17/05/2019
Site web : www.biffyclyro.com

Notre sélection

  • Fever Dream
  • Following Master
  • Balance, Not Symmetry

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire