ChroniquesSlideshow

Biffy Clyro – A Celebration Of Endings

L’attente aura été longue. Bien que ce soit dans les habitudes de Biffy Clyro de nous faire un teasing plusieurs mois avant la sortie de l’album complet. Cette fois-ci, la sortie du disque a carrément été reportée de mai à août. Mais qu’à cela ne tienne, pour leur huitième album studio, les Écossais nous ont sans doute concocté l’une des meilleures œuvres musicales de l’année.

S’inspirer des meilleurs

L’histoire de “A Celebration Of Endings” commence bien pour Biffy Clyro. Les Écossais ont décidé de poser leurs valises pour ce huitième album dans le mythique Studio d’Abbey Road. Une première pour le trio ! La formation y avait déjà enregistré une performance live, mais jamais un disque en vingt-cinq ans de carrière !

Et il faut bien dire que cette expérience lui a bien réussi. Cela se sent dans chaque recoin de l’ensemble. Et ce dès le morceau d’ouverture “North Of No South” qui donne le ton. Ce dernier laisse bien plus de place aux frères Johnston qu’au frontman Simon Neil. Non seulement par leur présence en tant que bassiste et batteur, mais aussi par leurs performances vocales qui ne sont pas sans rappeler une certaine touche de Queen. On y retrouve l’ajout de piano, d’un orchestre principalement à cordes et une rythmique déchiquetée, qui fait l’identité de Biffy Clyro.

Il est bien là le génie de ce “A Celebration Of Endings”, qui, malgré ses mélanges, ne fait rien perdre de son identité au groupe, bien au contraire. Ben le bassiste décrivait l’album comme “passant du brillant au sexy”.

Un joyeux bordel bien organisé 

Certains titres vont surprendre les fans de la première heure comme “Instant History” qui a beaucoup divisé les fans à sa sortie. Ou “The Champ”, qui si on ne fait pas attention, pourrait très bien être deux morceaux distincts de par sa construction.

Biffy Clyro a quand même décidé d’assurer ses arrières avec des morceaux comme l’accrocheur “Tiny Indoor Fireworks” et ses “hey ! hey ! hey !”. Assurément taillé pour les radios pop rock et pour le live ! Le message délivré via la musique est en plus simple et parle à tout le monde : “Parfois, les choses ne fonctionnent pas, mais cela fait partie de la vie. Alors, priez pour des jours meilleurs.”

Là où “Tiny Indoor Fireworks” nous fera danser, “Space” nous fera pleurer. Il le fallait bien. Que serait un disque de Biffy Clyro sans sa traditionnelle ballade ? Après “Many Of Horror” et “Re-Arrange” préparez-vous à “Space”, qui, malgré sa “simplicité”, est sans doute l’une des meilleures ballades du trio.

On ne perd pas les vieilles habitudes

Plus on avance dans l’album, plus on est en droit de se demander comment conclure un tel ouvrage ? La réponse du groupe est simple : comme ils ont commencé. Avec “Cops Syrup” ou “The Vertigo Of Bliss” qui semblent tout droit sortis des premiers albums des Ecossais. C’est grunge, ça cogne, ça gueule. En somme, une excellente manière de célébrer la fin du disque !

Quelle expérience. Quelle claque. En vingt-cinq ans de carrière Biffy Clyro réussit encore à nous faire découvrir de nouveaux aspects de sa créativité. De nouvelles sonorités et des terrains sur lesquels on n’est pas habitué à le voir. Ce huitième album marquera pour sûr l’histoire de Biffy, tant il est sans doute sa plus belle création. “A Celebration Of Endings” arrive au bon moment et nous fera passer un été des plus merveilleux !

Informations

Label : Warner Music
Date de sortie : 14/08/2020
Site web : www.biffyclyro.com

Notre sélection

  • The Champ
  • Instant History
  • Space

Note RUL

 4,5/5

Ecrire un commentaire