ChroniquesSlideshow

Bastille – Doom Days

Bastille est de retour. Après “Wild World” sorti en 2016, et pour son troisième album studio, la formation ne déçoit pas et reste fidèle à elle même en réalisant un ensemble, selon leurs dires, apocalyptique. Et il sera impossible de dire le contraire : “Doom Days” reflète le monde d’aujourd’hui et son atmosphère turbulente.

Alors que son prédécesseur parlait directement de ce qu’il se passait dans la société en utilisant des exemples concrets, comme la peine de mort, le nouveau disque place le groupe ainsi que les personnes “comme tout le monde” au centre des discussions et parle de ce qu’elles pourraient ressentir. Le sentiment qui revient ? Celui d’impuissance. Mais avec Bastille ce n’est jamais tout blanc ou tout noir. Si le quatuor considère que le monde va mal, il essaie de trouver du réconfort en chacun.

Avec “Doom Days”, Bastille fait la balance entre titres dansants et entraînants et morceaux bien plus calmes. C’est d’ailleurs le cas de “4AM”, une chanson plus douce qui parle d’amour platonique. Différentes dans le rythme, toutes les chansons sont directement liées entre elles, celles-ci racontant une histoire qui se déroule dans une seule et même nuit, comme si le groupe ne voulait pas se réveiller et que le lever du jour était synonyme de fin du monde. Brexit, réchauffement climatique : tout y passe. Les Anglais en chantent les effets néfastes sur le quotidien.

La première partie de l’ensemble essaie d’échapper à une triste réalité. C’est “Quarter Past Midnight” qui lance les hostilités. Ce titre est sorti en tant que single en mai 2018 et a donc déjà beaucoup tourné. Grâce à son rythme entraînant, il a d’ailleurs connu un succès mérité. Alors qu’à première vue il semble être un morceau joyeux, il n’en cache pas moins un message plus mélancolique avec ses paroles : “I never knew what I had”.

Un ressenti qui sera présent tout du long et une remise en question personnelle qui, elle aussi, est permanente. “Bad Decisions” parle des mauvaises décisions que l’on a pu prendre et avec “Millions Pieces”, Dan Smith montre sa détermination à être coupé du reste du monde : “If it’s gonna break me, won’t you let me go? / Leave it til the morning, I don’t wanna know”.

La seconde partie de l’album, elle, essaye tout de même de célébrer la vie. Pas de panique donc. Dans “Nocturnal Creatures”, qui rappelle beaucoup les chansons de “Wild World”, Bastille fait tout pour trouver du réconfort. C’est d’ailleurs par un morceau évocateur que finit le disque, “Joy”. Avec celui-ci, Bastille met en évidence l’importance des liens et de rester souder dans les moments difficiles. Une note positive qui invite à ne jamais baisser les bras. 

Toujours très engagé, “Doom Days” est un album qui nous confronte à la dureté du monde. Une tension en ressort, mais comme le rappelle Bastille, rien n’est perdu. Alors que les Britanniques critiquent la société et les réactions des Hommes, ils n’en oublient pas moins d’en appeler à la solidarité. Un message important pour un disque réussi et qui devrait encore une fois porter le groupe au plus haut.

Informations

Label : Universal Music / Mercury
Date de sortie : 14/06/2019
Site web : www.bastillebastille.com

Notre sélection

  • Quarter Past Midnight
  • Joy
  • Million Pieces

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire