Chroniques

Asking Alexandria – The Black

À un tournant majeur de leur carrière, les Anglais d’Asking Alexandria nous reviennent avec l’un des albums les plus attendus de la scène alternative. En effet, il y a tout juste un an, le chanteur Danny Worsnop, véritable figure emblématique du groupe, se retirait de l’aventure après trois efforts studio, laissant une formation au sommet de son art aux abois. Cel qui n’est pas sans rappeler Escape The Fate et son changement de frontman suite à l’éviction de Ronnie Radke. La réalisation de ce quatrième opus est pour la troupe l’occasion de présenter son nouveau leader, du nom de Denis Stoff, ancien vocaliste de Make Me Famous, connu pour ses reprises du quintette.

Dès les premières notes du titre d’ouverture “Let It Sleep”, on se laisse envahir par l’ambiance et l’intro nous prend par surprise avec un riff détonnant qui annonce la couleur. On y retrouve tout ce que la formation sait faire de mieux : guitares explosives, double-pédale enclenchée, couplet screamé et refrain clean, avec bien entendu des moshparts et breakdowns à s’en briser le cou. Rien de tel pour lancer ce nouveau chapitre et ne pas perturber les fans de la première heure avec un virage musical inattendu. Ce cocktail bien connu des Anglais fait toujours mouche (“The Black”, “Undivided”) et Denis se fond totalement dans le paysage.

Il y a de ça quelques mois sortait le clip de “I Won’t Give In”, premières images du combo en live avec son nouveau leader. Un morceau révélateur d’une attitude prise par a bande de ne pas abandonner sa passion et sa fan base en véhiculant un message d’espoir. Tout y est, sing alongs, mélodies millimétrées et un break puissant, aux résonances linkinparkienne.

La formation a mis un point d’ordre à laisser son passé derrière elle et à entamer une nouvelle page dans son histoire. Une décision qui est soulignée par l’excellent “Sometimes It Ends”, une chanson qui a la particularité de débuter et de se conclure par un bout d’interview du guitariste Ben Bruce expliquant l’état d’esprit de la formation d’aller de l’avant : “[…] We don’t want this album to be about Danny, Danny’s in the past […]”. Un moment d’émotion se soldant par l’une des meilleures compositions de AA de ce quatrième essai. Les paroles sont d’actualité et la musicalité de cette composition ne peut laisser indifférent.

Le quintette ne cesse de régaler tout au long de cet ensemble, surtout à travers la qualité de production. Pour ce nouvel effort, le groupe est resté fidèle à Joey Sturgis, producteur des trois précédents albums, une fidélité qui n’en est que récompensée par la hauteur que prend “The Black”.

Car au-delà du heavy rock pur et dur, mention spéciale à “Just A Slave To Rock N’Roll”, véritable bande-son d’un roadtrip deux roues aux sonorités dignes d’une fusion entre Slipknot et les Guns N’ Roses. Les Britanniques surprennent par la beauté mélancolique et aérienne de certaines nouvelles inspirations. “Gone” en est un exemple implacable. Trois minutes et dix-sept secondes d’envol rythmé par une présence philharmonique parfaite accompagnant avec délicatesse et douceur la voix suave de Ben Bruce, le tout dans une ambiance de coup de théâtre. Une composition qui nous révèle une nouvelle fois l’étendue artistique du nouveau venu Denis Stoff.

Et cela se concrétise par l’excellent “Send Me Home”. Un morceau qui saura ravir les fans de la première heure comme les nouveaux tant il est complet dans son entièreté et addictif. Là encore, Denis prend de la hauteur et chaque instrument se complète pour donner un résultat inattendu.

“The Black”, appellation en clin d’oeil à la période noire vécue par la formation, fait partie de ce genre de disque qui peut définir la suite de la carrière d’un groupe, tant en bien qu’en mal. Mais, Asking Alexandria a su surmonter l’obstacle et en faire sa force. À croire que ce chapitre à réinsuffler aux musiciens une envie d’en démordre et un renouveau admirable. Alors bien sûr, la guerre ancien chanteur/nouveau chanteur aura lieu, mais elle ne saura entacher la détermination de ce combo qui ne cessera de grandir et d’en étonner plus d’un !

Informations

Label : Sumerian Records
Date de sortie : 25/03/2016
Site web : www.askingalexandria.com

Notre sélection

  • Let It Sleep
  • Send Me Home
  • Just A Slave To Rock’N’Roll

Note RUL

4.5/5

Ecouter l’album