ChroniquesSlideshow

Arch Enemy – Deceivers

Cinq années se sont écoulées depuis Will To Power (2017). Arch Enemy effectue son grand retour avec son onzième album studio, le troisième avec Alissa White-Gluz au chant. Projets chamboulés, sortie décalée, enregistrements et tournages calés au millimètre près, de 2020 à aujourd’hui, tout est plus compliqué encore à planifier. Toujours avec Michael Amott et Daniel Erlandsson aux manettes, de quelle manière la formation mélodique death va-t-elle rebondir suite à l’immense succès de son précédent disque ?

Un sans faute

Force est de constater que le groupe a trouvé sa formule gagnante. Non pas qu’ils voguaient à vue par le passé, mais l’arrivée d’Alissa les a inévitablement reboostée. Un déclic ? Peut-être. Depuis War Eternal (2014), Arch Enemy enchaine les succès en studio et en tournée. Deceivers n’y déroge pas et dévoile l’album le plus abouti depuis l’arrivée de l’actuelle frontwoman.

La progressive sortie des cinq singles a de quoi présager une solide réalisation. Du rugueux “Deceiver, Deceiver”, la dualité de “House Of Mirrors”, la déflagration de “Handshake With Hell”, la gravité d’un “Sunset Over The Empire” plus actuel que jamais, sans oublier le mélodique “In The Eye Of The Storm”, rien n’est laissé au hasard. Même parmi les six autres titres, aucun ne domine les autres. Mis à part l’interlude avec “Mourning Star”, chaque piste dégage une puissance, une finesse dans sa réalisation et un indéniable attrait.

Une succession de hits

“The Watcher”, “One Last Time” et surtout “Spreading Black Wings” diversifient aussi, à leurs manières, une écoute bien dense. Si l’affect envers la musique se fera détour, les textes eux sont plus imagés et actuels que jamais. Trahison, mensonge, conformisme, la pandémie, l’état du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, tout y passe de manière subtile et détournée. Les interprétations sont de mise et chacun pourra s’y retrouver.

On sent en revanche l’absence de prise de risque majeure. Pourrait-on envisager davantage de chant clair tel que les quelques parties de “Handshake With Hell” ? Une alternance plus poussée ou, à défaut, plus de variation ? Ne jamais dire jamais ?

En résumé : une réalisation sans faute, des compositions taillées pour la scène… avec Deceivers, Arch Enemy s’apprête à atteindre de nouveaux sommets.

Informations

Label : Century Media Records
Date de sortie : 12/08/2022
Site web : archenemy.net

Notre sélection

  • Sunset Over The Empire
  • House Of Mirrors
  • The Watcher

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire