ChroniquesSlideshow

Alter Bridge – Walk The Sky

Trois années nous séparent de “The Last Hero” (2016). Malgré un léger intérêt envers lui, l’album n’a pas aussi convaincu que “Fortress” (2013). Alter Bridge cherche sans cesse à se renouveler et à apporter de nouvelles sonorités et de nouvelles approches à l’élaboration de ses morceaux. Avec “Walk The Sky”, les choses changent. Du processus créatif au son, Myles Kennedy et Mark Tremonti ont-il réussi ce retour ?

Un jeu d’équilibriste

Les tournées de Myles en compagnie de Slash et sa virée solo d’une part, Mark et son projet solo Tremonti de l’autre, il leur est devenu difficile de se retrouver en studio et composer comme il était de coutume. C’est ainsi que les deux têtes pensantes du groupe ont choisi de modifier leur processus d’écriture. Isolé l’un de l’autre, les bribes de compositions ont peu à peu vu le jour.

Mais comment faire pour que les différentes idées, de l’un et de l’autre, aient une certaine cohérence une fois assemblée ou mises bout à bout dans un tracklisting ? Mystère ou magie ? Kennedy nous l’a déclaré, cet exercice était à double tranchant. Ça passe ou ça casse.

Une fraîcheur et une élévation

Lorsque le groupe a démarré sa phase de teasing et de promotion, il faut bien avouer que les premiers titres dévoilent furent plutôt déroutants. “Wouldn’t You Rather” avait lancé le bal. Même si sa structure est relativement évidente, c’est du côté sonore que de petites surprises apparaissent. Des mélodies entêtantes, des harmonies en fond, quelques claviers. Curieux. “Pay No Mind” en remet une couche. Rien que son introduction se démarque de tout ce qu’à fait le groupe. Même si la signature AB est là, il y a cette nouveauté, cette fraîcheur. Des éléments qui intriguent et qui rendent plus excitantes encore l’écoute.

“In The Deep” dévoile un côté plus épique et plus dynamique encore. Les riffs et les arrangements sont globalement très aériens, c’est à la fois léger mais aussi très précis; de quoi contraster avec la lourdeur caractéristique d’Alter Bridge. “Take The Crown” illustre une nouvelle fois tout cela. Les arrangements sont nombreux, calculés et parfaits. Les refrains sont prenants et l’envie de les chanter est présente; une pure signature AB totalement assumée.

Aller au-delà

Il y a les singles, mais quid du reste. Justement, le plus intéressant est encore à découvrir. C’est dans ce lot non diffusé encore que réside les plus surprenantes, les plus prenantes, les plus fortes surprises de “Walk The Sky”. “The Bitter End”, et son côté mélo, développe beaucoup de contraste. Tantôt lourde, tantôt douce, les variations sont plaisantes et animent parfaitement nos oreilles.

A peine l’introduction de “Forever Falling” retentit que les poils se hérissent. C’est sans compter sur un riff qui dynamique la suite. Mark Tremonti est au chant, sur les couplets, et sa voix apporte une réelle profondeur à ce morceau. Les beats de batterie sont, par moment, aussi assez inhabituels. Le refrain voit Myles rejoindre Mark, et une guitare lead les accompagner. Un titre quasi cinématique, très envoûtant, qui déploie une dynamique inattendue. Mention spéciale à ce petit riff qui se balade et qui s’incruste dans notre esprit.

Lâcher prise

Suit ensuite “Clear Horizon”. Difficile de ne pas se répéter pour cette piste, on notera le côté très épique et un refrain très saisissant. Les cinq derniers titres, dans leur enchaînement, sont tout bonnement exceptionnels. “Tear Us Apart” dégage une telle positivité, qu’il est difficile de ne pas l’apprécier.

Côté texte, Myles présente cet album telle une réponse à “AB III” (2010). Au cours de ces neuf années, que ce soit en tant qu’artiste et homme, les réponses soulevées au travers du troisième disque trouvent, ici, réponses. Peut-être pas toutes, mais le sentiment de libération et de tranquillité sont palpables.

L’ensemble est aérien, clair. Il respire. “Dying Light” conclut de manière extraordinaire et résume à lui seul tout “Walk The Sky”.

N’oublions pas “Godspeed” ou encore “Native Son” qui sont de véritables pépites, surtout ce dernier avec son refrain et cette guitare si groovy.

Honnêtement, on pourrait y passer des heures à analyser cet album. L’utilisation des claviers typés old school ainsi que des samples à l’ancienne, apportent, de toute évidence, un léger renouveau. Le fil rouge musical est palpable. Les diverses émotions au travers desquelles chacun pourra s’identifier, et peut-être trouver des réponses, le sont toutes autant.

Alter Bridge signe là l’un des meilleurs disques de l’année 2019.

Informations

Label : Napalm Records
Date de sortie : 18/10/2019
Site web : www.alterbridge.com

Notre sélection

  • Dying Light
  • Clear Horizon
  • Forever Falling

Note RUL

 4,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire