ChroniquesSlideshow

Alestorm – Curse Of The Crystal Coconut

Les joyeux pirates de Alestorm reviennent avec “Curse Of The Crystal Coconut”. Leur renommée grandissante attire de plus en plus de fidèles prêts à boire et danser dans leurs concerts. En ces temps incertains, la perspective d’un concentré d’allégresse semble alléchante. La promesse sera-t-elle tenue ?

Une recette bien éprouvée

Le groupe sait composer des titres efficaces avec des refrains accrocheurs, des riffs percutants et une bonne dose d’humour. Alestorm ne cherche aucunement à se réinventer et étale son savoir-faire tout au long des onze morceaux de l’album. “Tortuga” sort rapidement du lot avec un mix d’influences assez surprenant. Des effluves de hip hop, R’n’B et pop électro se mêlent pour un résultat jouissif. Un passage rappé amène une dose de punch tandis que le final rappelle clairement Rage Against The Machine. Un titre déroutant, qui prouve que les pirates continuent de se faire plaisir.

Le disque fait une part belle aux solos comme sur “Call Of The Waves”. Máté Bodor semble avoir pris toute sa place dans le processus de composition. Il arrive à trouver des mélodies sympathiques qui complètent agréablement les morceaux. Les mélodies sont un des points forts du quintette, Elliot Vernon sait comment composer pour faire chanter son public.

Une légèreté bienvenue

A l’image du nom de l’album, les paroles embarquent l’auditeur dans des péripéties loufoques. Sur “Zombies Ate My Pirate Ship” l’utilisation d’une voix féminine apporte un décalage bien senti.

Un univers complètement déjanté qui se retrouve dans leurs clips comme celui de “Treasure Chest Party Quest”. Les musiciens clament n’être là que pour le fun et l’argent, et si ça plait, pourquoi s’en priver ? “Pirate Metal Drinking Crew” offre une autre vision du confinement. La formation ouvre une fenêtre sur son processus d’enregistrement dans une vidéo aux invités improbables comme un chat et un corgy. Une ambiance qui donne envie d’aller les rejoindre pour boire un verre ou plusieurs.

L’humour est l’une des armes principales de Alestorm. Une touche de naïveté et d’insouciance qui met du baume au cœur dans le contexte actuel. Le quintette aime placer des clins d’œil et créer une mythologie dans ses disques. Ici on note que “Wooden Leg Part 2 (The Woodening)” vient clore l’histoire entamée dans “Sunset Of The Golden Age” (2014). Un morceau avec une forte dimension cinématographique, qui stimule l’imagination.

Alestorm peaufine sa maîtrise du metal pirate avec un sixième album qui sent bon le rhum et les embruns marins. Une flopée de titres conçus pour le live, qui devraient faire danser les salles lors de la reprise des concerts !

Informations

Label : Napalm Records
Date de sortie : 29/05/2020
Site web : alestorm.net

Notre sélection

  • Tortuga
  • Treasure Chest Party Quest
  • Call Of The Waves

Note RUL

 3,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !