ChroniquesSlideshow

Alanis Morissette – Such Pretty Forks In The Road

Alanis Morissette, qui célèbre les vingt-cinq ans de “Jagged Little Pill” cette année, revient avec un nouvel album studio. Véritable icône du rock féminin, l’artiste propose un disque confidentiel, le journal intime bouleversant de sa vie.

Un album intimiste à fleur de peau

En 1995, “Jagged Little Pill” permettait à Alanis Morissette de s’imposer à l’international sur la scène indie rock. Un album devenu culte grâce à des singles intemporels. Le rageux “You Oughta Know” qui s’offre la collaboration de Flea et Dave Navarro des Red Hot Chili Peppers. Le mordant “Ironic” ou encore les faussement naïfs “You’ll Learn” et “Hands In My Pocket”.

Vingt-cinq ans plus tard, l’énergie rock et la candeur des débuts cèdent place à un univers plus confidentiel. Un disque principalement porté par un duo piano voix, qui véhicule toutes les facettes du registre émotionnel d’Alanis. C’est une artiste échaudée par les déceptions de l’industrie musicale et ses précédentes relations, qui devenue mère, livre ses états d’âmes les plus intimes.

Addiction, dépression et troubles mentaux

La force d’Alanis Morissette réside dans son aptitude à écrire des textes sincères et émotionnels sur des sujets très personnels. Véritable coup de poing, “Reasons I Drink” est le premier single sélectionné pour promouvoir l’album. Débutant par une intro entraînante, la frontalité des paroles contraste vite avec l’enjouement des premières notes. “These are the reasons I drink / The reasons I tell everybody I’m fine even though I am not”. L’artiste canadienne partage ses problèmes d’addiction dans leurs différentes formes et son incapacité actuelle à s’en sortir.

“Diagnosis”, une sublime ballade, aborde avec subtilité et franchise ses troubles mentaux. “Pedestal” revient sur une relation dans laquelle elle s’est sentie utilisée “I’m sure you enjoyed my name, who wouldn’t take advantage?”. La justesse trouvée dans les thèmes abordés est saisissante sur ces titres. D’autres morceaux sont moins convaincants comme “Sandbox Love” ou “Missing The Miracle”.

Résignation, acceptation et optimisme

L’artiste, qui chantait que tout allait bien se passer en 1995, livre un regard plus sombre mais également apaisé sur son présent. Ce disque est d’ailleurs l’occasion pour Alanis Morissette de mettre en avant sa famille, comme dans le clip “Ablaze”. Un titre poétique, qui évoque ses enfants et son rapport à la maternité. “My mission is to keep the light in your eyes ablaze”. Dans “Nemesis” elle dépeint les différents ressentis liés à sa dernière grossesse, non planifiée. La progression musicale du morceau apporte une tension, qui tient en haleine l’auditeur.

Alanis Morissette semble accepter ses failles et être résignée dans sa lutte pour les surmonter. “I keep on smiling / Keep on moving”. Un album sombre, mais empreint d’une forme d’optimisme pour celle n’a pas hésité à prendre position sur le mouvement #metoo. Dans les interviews accordées cette année, elle dénonce les comportements pervers de l’industrie musicale. Elle expose, notamment, avoir été victime d’abus sexuels et être atteinte de dépression post-partum. Des propos sans langue de bois qui se retrouvent dans “Such Pretty Forks In The Road”.

Avec “Such Pretty Forks In The Road” Alanis Morissette explore ses angoisses, ses luttes internes et ses addictions dans un album poignant et intimiste.

Informations

Label : RCA Records / Sony Music
Date de sortie : 31/07/2020
Site web : alanis.com

Notre sélection

  • Reasons I Drink
  • Losing The Plot
  • Diagnosis

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !