ChroniquesSlideshow

AFI – Bodies

AFI célèbre ses trente ans de carrière avec la sortie d’un onzième album studio intitulé “Bodies”. Prolongement logique sans être attendu de “The Blood Album” (2017), le groupe propose un voyage spirituel et expérimental sur les traces des légendes des années post punk.

Back to the 80’s

“Twisted Tongues” plonge l’auditeur dans une ambiance aérienne et mélancolique avec un son tout droit sorti des années 80. Une entrée en matière qui annonce la couleur, car “Bodies” sent bon The Cure et Joy Division. Que ce soit dans l’utilisation des synthés, des touches métalliques ou de la mise en avant de la basse, tout ramène l’auditeur à des sons et un univers réconfortants. AFI s’approprie les éléments clés du post punk et du synth goth pour livrer un album qui, encore une fois, réinvente le style du groupe.

La voix presque robotique de “Far Too Near” ou “On My Back” et leurs refrains traduisent de belle manière cet hommage à un style visiblement intemporel. Malheureusement, la frontière entre inspiration et imitation est parfois très fine, AFI flirte dangereusement avec cette limite sur “On My Back”. Le travail de production est très réussi tout au long du disque. Chaque ligne instrumentale renforce l’atmosphère voulu pour le morceau. Très insistantes et répétitives sur “Death Of The Party”, plus délicate sur “No Eyes”. Un travail minutieux de recherche d’effet au service de la musique.

Des expérimentations et de l’évasion

Sortez les lunettes de soleil et la décapotable pour “Escape From Los Angeles”. L’intro accrocheuse et la voix saccadée donnent une irrésistible envie de bouger la tête et taper du pied. Le titre sent bon les palmiers et la route en bord de mer. Un sentiment qui se retrouve sur l’entraînant “Looking Tragic”. Un morceau qui permet de respirer hors des années 80. Une récréation qui amène dynamisme et fraîcheur dans cet ensemble. Les premières notes entêtante de la ligne de basse basse “Dulceria” transportent l’auditeur dans une rêverie infinie. La sensualité de Davey Havok trouve toute sa place dans ce titre composé avec Billy Corgan. Un titre qui se démarque par sa singularité et son groove mais appellerait un peu plus de folie créative.

Le tempo ralentit avec “Back From The Flesh”. Une incantation intimiste, qui prend des airs de Depeche Mode dans le refrain. Une belle utilisation des chœurs et des effets électroniques. Aucune surenchère ici, tout est dans la modération et la nuance pour sublimer le morceau. Il faut attendre la fin de l’album pour en découvrir sa pépite. “Tied To A Tree” s’installe lentement, avec une instrumentation minimaliste et dérangeante. La voix de Havok soutient une forme de malaise avant de toucher au spirituel dans un refrain cathartique.

AFI poursuit son perpétuel renouvellement et surprend son public avec un album tout droit inspiré des années 80 et finement léché.

Informations

Label : Rise Records
Date de sortie : 11/06/2021
Site web : afireinside.net

Notre sélection

  • Tied To A Tree
  • Dulceria
  • Escape from Los Angeles

Note RUL

 4/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !