ChroniquesSlideshow

6:33 – Feary Tales For Strange Lullabies: The Dome

Les joyeux lurons de 6:33 viennent égayer l’automne avec leur nouvel album Feary Tales For Strange Lullabies: The Dome. Le groupe lance une invitation à venir découvrir les étranges créatures qui peuplent Le Dome, un univers fantasque à l’imagerie très 80’s.

Un énorme travail sur les voix

6:33 plante un décor dans lequel le héro va accomplir un parcours initiatique, qui l’amènera à rencontrer de nombreux personnages. Chaque rencontre lui permettra d’évoluer et de se découvrir. Afin de mettre en scène ces créatures étranges le groupe a mené un gros travail de production sur les voix. Ainsi, sur “Hot Damn Chicas”, dès les premières lignes de chant l’auditeur peut imaginer un groupe de femmes fortes et sexy, prêtes à en découdre. Sur le réussi “Release The He-Shes”, le chant devient très Nine Inch Nails et sonne comme une déclaration à Trent Reznor.

“Flesh Cemetery” balance une basse bien groovy pour entamer les festivités. Les voix suaves et sensuelles fonctionnent bien dans l’atmosphère du morceau. Une voix plus dense, plus menaçante se fait entendre sur “Act Like An Animal”. Idem dans “Rabbit In The Hat” où le passage de grosse voix apporte un peu plus de force aux morceaux. Sur chaque titre, la production souligne le travail sur ces voix. Les chœurs, les effets, tout a été minutieusement étudié pour obtenir un résultat vivant et plutôt intéressant.

Un univers déjanté

La pochette de l’album et les clips rappellent, avec nostalgie, les années 80. Du flashy, des teddys d’universités américaines, du béton et du métal, tous les éléments phares sont présents. Côté musique c’est dans l’utilisation des synthés et effets électro que l’on retrouve ces rappels. Le disque renvoie une ambiance plutôt positive, parfois cartoonesque, à l’image de “Prime Focus”. C’est parfois un lieu où la fête bat son plein comme sur “Party Inc.”.

De l’entrain, de l’énergie et de la variété, l’ensemble en a à foison. Parfois un peu trop. Les éléments prog ou avant-gardistes créent à certains moments une surenchère pas forcément bienvenue. Si l’extravagance amène sa touche de fantaisie, la sobriété est souvent la meilleure des alliées. D’ailleurs, sur scène le groupe a prévu de faire tomber les masques pour mieux créer un visuel cohérent avec l’univers de The Dome. Autres nouveauté, la présence d’un batteur. C’est Vicken Chidoyan (Malemort), qui fait sa première apparition dans le clip “Wacky Worms”.

6:33 propose à l’auditeur de se laisser entraîner dans un univers aussi riche en personnages que musicalement varié.

Informations

Label : 33 Degrees/Universal Music
Date de sortie : 01/10/2021
Site web : www.633theband.com

Notre sélection

  • Release The He-Shes
  • Wacky Worms
  • Hot Damn Chicas

Note RUL

 3,5/5

Ecouter l’album

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !