Light Of Dawn
Unisonic

Par le 17 septembre 2014

Unisonic, ce nom ne vous évoque peut-être pas grand chose et pourtant, ce groupe allemand, fondé en 2009, se compose de deux musiciens connus, Kai Hansen (Gamma Ray) et Michael Kiske, tous deux anciens membres d’Helloween et actuels membres d’Avantasia. Leur premier EP et album de 2012 laissant quelques fans perplexes (il ne faut pas espérer trouver un Helloween ou un Gamma Ray ici, quoique) la formation revient avec un tout nouvel essai, plus rapide que son prédécesseur. Il est temps de découvrir ce que propose ce "Light Of Dawn".

Ancrés dans leurs racines hard rock, ces Allemands se font plaisir et ça se ressent, ainsi après une intro d’une minute trente, l’opus rentre dans le vif du sujet et balance ses riffs rapidement. Ils s’en défendent, ils souhaitent un album plus rapide et plus dur que son grand frère. Dès le début, il est évident que nous n’avons pas affaire avec des novices, ils savent ce qu’ils font. "Your Time Has Come" ainsi que "Exceptional" seront retenus pour laisser un refrain très entêtant où dès le second refrain, on se voit essayer de chanter les paroles durant leur d’un concert et lever le poing en rythme avec la mélodie. A contrario, même si "Night Of The Long Knives" se retient tout aussi bien, cette chanson semble plus dure, de par le solo de Hansen et la rythmique de Mandy Meyer et montre un autre aspect d’Unisonic. "Find Shelter" innove un peu avec son intro, avant de revenir à un hard rock plus rapide, tout comme "For The Kingdom". On rentre dans le vif du sujet ou plutôt dans le vif de leur style avec ces deux morceaux. "Throne Of The Dawn" semble très sombre dès les premières notes, soutenues par une batterie plus lourde de Kosta Zafiriou. Grâce une basse présente de Dennis Ward, la ligne de chant Kiske enlève un peu cette noirceur, mais l’ambiance reste lourde, cette chanson continue de monter en puissance, un solo donnant l’impression qu’elle va exploser à la dernière seconde et pour pourtant, il n'y aura aucune explosion. Si "Not Gonna Take Anymore" et "When The Deed Is Done" laissent le sentiment d'être perplexe, c’est très probablement car des sonorités un peu trop pop se font entendre. Les amateurs de pop pourront s’en réjouir, mais ici il ne s’agit clairement pas de ce que les fans attendent. Avis très mitigés pour ces deux morceaux. La ballade "Blood" début très très bien, quelques accords de guitare, une voix mise en valeur dans une autre tonalité que le reste de l’ensemble, après une minute dix, les autres musiciens débarquent pour amplifier cette mélancolie. Un morceau qui avait tout pour réussir mais qui finit par laisser un gout guimauve dès le deuxième refrain, ce qui est dommage pour un titre qui s’annonçait si bien. Si cette dernière tend à être trop acidulé, que dire de "You And I" ? Il y a beau avoir de très belles lignes et de bonnes idées on tombe trop vite dans un trop plein de douceur et c’est l’overdose de sucre garanti. Non pas qu’un peu de douceur dans ce "monde metal" fasse de mal, mais il n’était pas nécessaire de finir un disque de ce style avec une ballade mielleuse.

Les fans d’Iron Maiden, Helloween et d’Avantasia vont, bien entendu aimer cet album, qui se rapproche parfois plus d’un power metal qu’un hard rock. A la première écoute, il est un peu dur se mettre dans cette "lumière de l’aurore", car au final cette dernière n'innove pas, un non initié à ce style reconnaitra les influences du combo et pensera tout de suite aux groupes power metal tel que Edguy. L’impression d’entendre quasiment tout le temps la même chose est très récurrente, malgré la présence de bonnes chansons. Ce nouvel opus des Allemands laissera certainement les auditeurs sur leur faim.

Informations

Notre sélection

  • Throne Of The Dawn
  • Night Of The Long Knives
  • For The Kingdom

Note RUL

3 / 5

Ecouter l'album

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK