Catharsis
Machine Head

Par Pierre Wiederkehr le 29 janvier 2018

Machine Head incarne à merveille la capacité d'un groupe à souffler le chaud et le froid et à dérouter ses fans les plus fidèles. Capable de réaliser des albums majeurs ("Burn My Eyes", "The Blackening") comme d'autres incroyablement ratés ("Supercharger") et d'autres œuvres plus mitigées ("Bloodstone And Diamonds"), la bande de Robb Flynn atterrit toujours où on ne l'attend pas. Qu'attendre donc de "Catharsis" proposé par les Américains en ce début d'année ? Toujours accompagné par Phil Demmel (guitare), Jared MacEachern (basse) et Dave McClain (batterie), Robb Flynn promettait un album plus mélodique et plus groovy. Ce nouvel opus fera-t-il l'unanimité ?


Révélés avant la date de sortie, les singles laissaient deviner ce à quoi il fallait s'attendre de la part du quatuor. Si "Beyond The Pale" avec son riff lourd et sa rythmique efficace permettait d'envisager une écoute agréable, les autres titres ne rassuraient absolument pas. L'éponyme "Catharsis", avec ses effets électro ratés et ses faux airs d'un jeune groupe de metalcore, ne fonctionne pas et peine à convaincre. "Kaleidoscope" suit le même chemin : l'introduction avec ses claps et les arrangements utilisés sentent trop le réchauffé pour susciter un quelconque engouement.


Le pire étant à venir avec le dénommé "Bastards" qui déroute totalement l'auditeur. Une intro très simpliste accompagnée par le chant parlé de Robb Flynn laisse perplexe sur la raison de cette prise de risque qui ne marche absolument pas. Les chœurs et les accords de guitare sèche accentuent cette impression et ne rassure pas pour la suite de l'écoute.


La longueur de l'ensemble (soixante-quinze minutes et quinze morceaux) est également à montrer du doigt. Certaines pistes font quelques peu remplissage et auraient très bien pu être rayé du tracklisting. "California Bleeding" avec son refrain trop convenu ou encore la ballade "Behind A Mask" n'apporte pas grand-chose à l'œuvre et contribue à cette sensation de lassitude qui gagne l'auditeur.


Pour autant, tout n'est pas à jeter et quelques points sont à mettre en avant. La production ne peut pas être décriée tant elle est de qualité. Chaque instrument est savamment dosé et la voix de Robb Flynn, même si elle fait débat, accompagne bien les morceaux. Machine Head ne réussit jamais autant que lorsqu'il utilise un style brutal et direct. "Volatile", faisant office de morceau d'ouverture avec une batterie et des parties guitares survoltées ou encore "Triple Beam" et son bastonnage en règle font penser que l'on pouvait clairement s'attendre à mieux de la part du groupe. A trop vouloir jouer la carte mélodique, les musiciens s'y perdent et n'utilisent le registre franc, qui a fait leur renommée, que trop partiellement.


"Catharsis" ne suscite en aucun cas l'enthousiasme et on ne peut dissimuler une grande déception. Robb Flynn remettait en cause les critiques négatives que certains journalistes avaient émis à son encontre, il est malheureusement difficile de le défendre. Une formation de la stature de Machine Head se doit de faire beaucoup mieux.

Informations

Notre sélection

  • Volatile
  • Beyond The Pale
  • Triple Beam

Note RUL

2.5 / 5

Ecouter l'album

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK