American Dream
LCD Soundsystem

Par Léa Berguig le 12 septembre 2017

Après un concert d'adieu au Madison Square Garden en 2011 et cinq ans de silence, l'aventure studio reprend finalement pour les new-yorkais de LCD Soundsystem, projet mené par James Murphy, cofondateur du label DFA Records. Quatrième album en quinze ans, pour un groupe s'étant très vite imposé comme une référence. Un retour en grâce nommé "American Dream".


C'est un monde de contrastes, de variations qui s'ouvre à l'auditeur à l'écoute de "American Dream". L'aventure commence avec "Oh Baby", ouvrant les portes de ce rêve américain par des percussions minimalistes, dont l'intensité augmentera jusqu'à l'arrivée de nouvelles touches électroniques imposantes. La voix tamisée de James Murphy vient alors se poser à la surface de cette masse sonore puissante, grave et continuelle, planant dans les airs pendant que les beats clouent l'auditeur au sol. Départ en grandes pompes avec cette première piste enchanteresse.


Par la place capitale qu'occupe l'instrumental dans le travail de James Murphy et les mélodies froides, cycliques et prenantes qui en découlent, le disque se veut envoûtant, à la croisée des différents mondes explorés par LCD Soundsystem. Si "I Used To" renvoie aux influences post punk de son créateur, bâtie sur des sonorités à la fois graves et fantasmagoriques, la chanson suivante, "Change Yr Mind", adopte un ton plus léger, entêtant, sans jamais donner de coup de volant trop brutal à l'ensemble. Les guitares, apportant une touche rock, semblent d'ailleurs expérimenter au cours de la chanson, variant leurs tonalités et intensité de manière déconcertante. A contrario, quelques minutes plus tard, "Tonite" se distingue comme l'une des pistes les plus entraînantes et radio friendly du disque, arborant des accents très dance dès son commencement.


De titre en titre, la patte de Murphy demeure, sans pour autant que la recette ne paraisse être recyclée. Les chansons sont aérées, malgré le véritable édifice sonore tramant chacune d'entre elles : signe d'un parfait équilibre trouvé. Elles prennent aussi parfois un tournant inattendu. Lorsque le son bourdonnant, les cordes grinçantes et les notes vocales étirées et implorantes de "How Do You Sleep?" renverraient presque à un rite, l'ambiance particulièrement sinistre initiale prend un virage à 180° grâce à l'arrivée imminente de beats acérés au premier tiers du morceau, faisant chavirer l'ensemble du côté pop. Dix titres pour amener l'auditeur vers plusieurs horizons, rejoignant tous la même destination finale.


Si l'identité du disque est très affirmée, la thématique, elle, tourne plutôt autour de l'incertitude, du questionnement perpétuel, toujours sur fond de mélancolie propre à l'écriture du frontman. Dans "Other Voices", la claviériste Nancy Whang récite ces mots : "Who can you trust / And who are your friends / Who is impossible / And who is the enemy" (A qui peux-tu faire confiance / Et qui sont tes amis / Qui est impossible / Et qui est l'ennemi). Autre thématique, presque obsessionnelle : le temps qui passe, les années qui s'accumulent, et leurs conséquences. "The way I used to be once / I'm just too old for it now" (La manière dont j'étais / Je suis maintenant trop vieux pour ça) chante le frontman sur "Change Yr Mind". L'approche est introspective, vaguant entre amertume et deuil de la mort, dont le dernier morceau, "Black Screen", est particulièrement teinté. Les derniers souffles de l'essai sont en effet dédiés à David Bowie, avec qui James Murphy avait travaillé sur le dernier effort "Blackstar" avant la disparition de l'icône, qui l'avait notamment convaincu de reformer LCD Soundsystem. Le ciel brumeux et morose a recouvert le paysage de "American Dream".


Avec ce quatrième opus, LCD Soundsystem s'est régénéré. De ce disque émane l'envie insatiable de replonger plus profondément dans l'univers de "American Dream" et en découvrir les plus fines splendeurs à chaque écoute. Un effort studio à contempler sous tous les angles. Et comme le dit si bien "Emotional Haircut" : "Fuck the shuffle, put this shit on repeat".

Informations

Notre sélection

  • Oh Baby
  • Emotional Haircut
  • Other Voices

Note RUL

4.5 / 5

Ecouter l'album

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK