God's Favorite Customer
Father John Misty

Par Nico Praz le 14 juin 2018

Apparaissant pour la première fois sur une pochette à visage découvert, Joshua Tillman utilise pour la quatrième fois en six ans le pseudonyme Father John Misty pour partager ses pensées en musique avec nous. Réduisant l'écart entre les sorties, ce nouvel album arrive dans les bacs après "Pure Comedy" (2017), coup de pied nonchalant dans la fourmilière. Le voyage continue avec une halte qui nous paraît être celle de la solitude. Découvrons ce que "God's Favorite Customer" nous réserve, à défaut de nous cacher quelque chose.


Derrière ce regard désabusé sur le monde qui l'entoure, une sorte d'amour sur l'ironie de la vie transparaît dans ses accords et ses paroles. Inspiré de l'esprit des Beatles ascendant George Harrison, "Hangout At The Gallows" ouvre avec efficacité la boîte de Pandore. Les questionnements se font nombreux tandis que l'orchestre qui l'accompagne donne vie à toutes ses interrogations.


Le piano a son importance durant les trente-neuf minutes de cette œuvre miroir, contrastant avec la critique sociétale de son dernier essai. Vient alors "Mr. Tillman", le titre résumant à lui seul l'état d'esprit de composition de Tillman s'étant enfermé plusieurs mois dans un hôtel pour donner naissance au client préféré de Dieu. Le clip vidéo ayant des réminiscences de "Barton Fink", n'y voyez aucune coïncidence. "I'm feeling good, damn, I'm feeling so fine" sur fond de mélodie mélancolique, le morceau touche en plein cœur. À moins que ce ne soit le cerveau. Ou les deux, allez savoir !


Exprimant son désarroi avec une facilité déconcertante, nous n'avons pas d'autres options que d'écouter religieusement la musique alors que tout fout le camp à l'intérieur de nous. Vite, un café. Vite, une cigarette. C'est là que se situe la beauté d'un conteur qui donner de l'intérêt à une histoire relatée maintes fois. Il est "Just Dumb Enough To Try" car il y a un perdant en chacun de nous, même dans les vainqueurs. Mieux vaut conter un échec spectaculaire qu'une victoire quelconque. À l'instar des frères Coen, on ressent une tendresse infinie accompagnant un humour décalé toujours d'excellente facture.


Une approche évoluant pour un artiste qui devient de plus en plus épuré au fil des écoutes. Toujours friand d'une imagerie fertile, ses envolées lyriques atteignent une apogée avec "Disapoiting Diamonds Are The Rarest Of Them All". Après trois albums personnels, l'artiste nous prouve qu'il est toujours possible de repousser ses limites si on ne croit pas avoir atteint le fond. Et tant bien qu'il soit atteint un jour, les remontées peuvent être grandioses à narrer également. Adieu les semblants d'artifices qui pouvait involontairement se retrouver dans les bagages de l'ancien batteur de Fleet Foxes, la descente continue avec des problèmes conjugaux et de nombreux paradoxes qui préoccupent le monde depuis qu'il est monde.


Faisant toujours preuve d'autodérision alors que le sel de ses larmes affecte ses morceaux, Father John Misty délivre avec "God's Favorite Customer" l'un des plus beaux albums de cette année. Car il est important de nous rappeler que “We're Only People (And There's Not Much Anyone Can Do About That)”.

Informations

Notre sélection

  • Mr Tillman
  • Please Don't Die
  • Dissapointed Diamonds Are The Rarest Of Them All

Note RUL

4.5 / 5

Ecouter l'album

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK