Together We Are Stronger
Counterfeit

Par Clea Jouanneau le 18 mars 2017

En général, personne n'attend vraiment un premier album. Mais Counterfeit a un peu tout fait à l'envers. Avec seulement quelques morceaux et un EP unique, "Come Get Some", sous le bras, les cinq Anglais ont rempli des salles dans l'Europe entière l'année dernière, se construisant une fanbase solide. Et même si vous n'avez pas encore entendu parler d'eux, vous avez probablement aperçu la tête blonde de leur chanteur, Jamie Campbell Bower, dans "Harry Potter", "Twilight" ou encore "Sweeney Todd". Alors autant dire que leur premier album, publié via Xtra Mile Recordings était attendu au tournant.


A mille kilomètres de leurs racines folks, remontant à l'époque où trois des membres officiaient dans un groupe appelé The Darling Buds, Counterfeit s'énerve et fait exploser sa colère via un punk enragé sur "Together We Are Stronger". Au programme : trente minutes de rage, de riffs furibonds et de grondements incendiaires. Ce n'est pas pour rien que la bande a choisi Thomas Mitchener, producteur favori de Frank Carter & The Rattlesnakes, pour piloter son premier album.


L'agité "Washed Out" ouvre les hostilités et donne le ton d'une virée effrénée. Counterfeit ne prend pas le temps de reprendre son souffle et martèle sans relâche nos tympans. Les guitares furieuses de Sam et Jamie Bower et de Tristan Marmont électrisent "As Yet Untitled" et "Romeo" tandis que la batterie retentissante de Jimmy Craig, épaulée par Roland Johnson à la basse, rendent éruptives "For The Thrill Of It" et "Addiction".


Counterfeit a grandi sur scène et ça s'entend. Les dix pistes de "Together We Are Stronger" sont parfaitement taillées pour le live. L'énergie explosive qui le caractérise live, la formation parvient à la capturer sur son album pour un rendu organique, souligné par une production brute. Si la composition se ressemble un peu d'un morceau à un autre sur ces morceaux fracassants, le quintette abandonne aussi sa formule favorite sur certaines pistes comme la plus subtile "You Can't Rely", ultra entêtant et fougueux ou sur la plus ambitieuse "Lost Everything" et ses refrains fédérateurs à la Biffy Clyro.


Le seul moment de répit intervient à la toute fin de l'ensemble, sur la très personnelle "Letters To The Lost". Délaissé par ses acolytes, Jamie Bower se retrouve seulement avec sa guitare traînante. Sa voix rauque et puissante, mise en valeur par l'instrumental épurée, se fait poignante alors qu'il évoque le suicide d'un proche. Entre une honnêteté touchante et une colère vive, Counterfeit gronde aussi pour faire passer un message positif d'unité, scandé dès le titre du disque, "Together We Are Stronger". Mais c'est surtout la retentissante "Enough", écrite juste après les attentats du 13 novembre, qui reprend cette idée de communion. Véritable hymne à la paix et au vivre ensemble, le morceau résonne particulièrement à l'heure actuelle. Car si Counterfeit est remonté à bloc et fonce avec son punk rentre dedans, c'est une fureur positive qui l'anime.


Grâce à une avalanche de riffs offensifs, une base rythmique tonitruante et la voix puissante de son leader, Counterfeit réussi avec brio l'épreuve du premier album. Bien qu'on puisse regretter la brièveté de l'opus et une certaine répétition dans la structure de plusieurs morceaux, l'efficacité redoutable de chacune des pistes de "Together We Are Stronger" écrase ces quelques critiques. Quand on ajoute à tout ça une authenticité naturelle et une quantité débordante d'énergie à revendre, on ne peut que capituler devant le potentiel évident des Londoniens.

Informations

Notre sélection

  • As Yet Untitled
  • You Can't Rely
  • Addiction

Note RUL

4 / 5

Ecouter l'album

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK