The Green Tiger's Alibi
Bosco Delrey

Par Valentin Guérin le 22 avril 2014

Un premier album en 2011, une reconnaissance dans le milieu cinématographique au côté du mystérieux Terrence Malik ("The Tree Of Life", "La Ligne Rouge"), un nom proche d’une célèbre artiste indie pop à la renommée internationale… Un ensemble d’informations pouvant définir brièvement la carrière de Bosco Delrey. Sous cette étiquette se cache un musicien signé chez Belleville Music qui vient de sortir en avril dernier son second disque, "The Green Tiger's Alibi", dont la release party s’est déroulée à Paris, plus précisément au Point Ephémère. Retour sur ce format douze pistes composé de vieilleries, dans tous les sens du terme.

Pour ceux et celles qui connaissent déjà ce jeune homme depuis pas mal de temps, on retrouve dans cet ensemble les quatre titres de l’EP "The Holed Up" sorti en début d’année. Pour les autres, rien de choquant, car il sera quand même très facile de profiter de ces morceaux à la suite, sans se douter qu’ils ont déjà été révélés précédemment. Dès les premières secondes du titre d’ouverture "I Wonder So" s’offrent à nous des sonorités rock n’roll, doubles voix et autres anciennetés back to the 50’s affichant d’emblée l’image voulue et l'atmosphère désirée. Combinée à d’autres influences yéyé ("Egyptian Holed Up"), techno ("Serpent Slap Kiss") et pop ("Love Is So Elite"), l’idéologie hybride est sur son 31. C’est un véritable voyage temporel tout au long de l’écoute de ce CD face à des morceaux aux styles différents ayant leur place dans le répertoire de nos parents et arrières grands parents (sans connotation négative, bien entendu). On redécouvre avec joie de vétustes rythmes non contemporains et d’anciens sons moins carrés et tout bidouillés d’effets, très proche du milieu du rock indé actuel. Dans la voix de Bosco Delrey, qui se marie parfaitement avec son instrument qu’est la guitare, se discerne quelques ressemblances avec celle du célèbre chanteur pop et jury d’une émission de télé crochet Mika, timbre vocale combiné à quelques mimiques plus rockabilly apportant une belle et propre maturité. Cette ambition d’apporter du renouveau avec du vieux extériorise de belles pulsions fraiches, jeunes et acidulées, avec même parfois des impressions de jeux entre les instruments eux-mêmes, les synthés et les guitares dégageant de la passion et de la bonne humeur vintage. Du travail d’artiste transpirant d’humilité, traversant les corps humains en y laissant des dépôts de riffs entêtants.

Un ensemble plus que satisfaisant, s'éloignant un peu de ses débuts plus psyché et sans limite, sans dénaturer sa façon de composer. La drôle de ressemblance de sa voix avec celle de Mika teinte toujours assez agréablement ses titres qui sont, eux, bricolés sans être surproduits. Une sorte de retour vers le passé d'il y a cinquante ans sans bouger de son fauteuil. En tant que bel hommage face à l'évolution du rock, il ne manque qu'une seule chose pour en profiter pleinement : la rocking chair !

Informations

Notre sélection

  • Serpent Slap Kiss
  • Me I'm Gonne Leave Me
  • Love Is So Elite

Note RUL

4 / 5

Ecouter l'album

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des remontées de contenus de plateformes sociales. En savoir plus. OK