BlogSlideshow

Top 10 des morceaux de Tool

Maynard James Keenan est de retour sur le devant de la scène avec Puscifer, un an après la sortie du très attendu “Fear Inoculum” (2019). L’occasion pour RockUrLife de revenir sur dix titres emblématiques de Tool. Un classement haut combien subjectif, susceptible de changer chaque jour.

N°10 – Stinkfist

Le titre débute sur des bruits étranges avant de balancer un riff de basse tellement groovy. Le morceau explose dans ses pré-refrains avec une forme de rage qui se retrouve sur le titre éponyme du deuxième album “Ænima” (1996). Des paroles subversives, sujettes à de nombreuses interprétations, mais qui semblent toucher le sujet de la recherche du plaisir par des moyens extrêmes.


N°9 – Sober

Un riff de basse, une guitare lancinante, une voix presque plaintive qui prend peu à peu de l’assurance. Le morceau installe dès les premières notes un univers toolesque. La dissonance de la guitare d’Adam Jones fait mouche. La résignation et l’urgence déployées par la voix de Maynard sont saisissantes. La ligne de basse alliée à cette voix créent une tension maîtrisée tout au long du morceau pour aborder le sujet de la dépendance.


N°8 – Right In Two

Morceau clivant dans la discographie de Tool. L’intro, empreinte de nostalgie et de poésie est envoûtante. Les percussions chamaniques confèrent une atmosphère apaisante, presque planante. Des sons primitifs pour une histoire qui puise son inspiration dans un passage de la bible. Dans son jugement, le roi Salomon propose de couper le bébé dont deux femmes se disputent la maternité en deux pour reconnaitre la vraie mère. Le morceau ne décolle jamais, préférant des errances instrumentales qui entraînent l’auditeur dans différentes phases pour le ramener à une ère plus actuelle.


N°7 – Descending

Écouter et ressentir “Descending” c’est s’offrir une expérience méditative voire religieuse. Une intro aquatique puis une mélodie envoûtante installent une atmosphère quasi sacrale. La ligne de chant proche de Deftones se marie avec la mélancolie spirituelle empreinte d’optimisme qui soutient une thématique de fin de l’humanité. Les montées en puissance parallèles de la voix et des instruments reflètent un questionnement, une incertitude de plus en plus prédominante. C’est alors que le doute et l’inquiétude surgissent pour un effet plus grave. Jusqu’à ce que le thème principal éclate, sublimé par deux guitares harmonisées. La tension est maîtrisée de bout en bout. Le débat fait rage et l’issue est tout sauf certaine. La guitare de Jones ramène pourtant l’auditeur vers des horizons plus insouciants et le plonge dans une fausse accalmie. L’outro marine semble emporter avec elle les restes de la tempête. Une petite merveille.


N°6 – Pneuma

“Pneuma” reprend des thèmes bien connus de la formation et rappelle fortement “Schism”. La progression est plus subtile que sur “Lateralus” (2001). Le morceau débute avec un motif envoûtant. Le côté tribal du morceau apporte une sensation de mouvement perpétuel, un rituel chamanique qui exhorte à chercher dans son âme au-delà des limites de la chaire. L’utilisation des chœurs et des passages presque soufflés offrent une palette d’émotions intéressante. Les instants brumeux plongent l’auditeur dans la confusion, le submergent de tourments, avant de le ramener vers une conclusion apaisée.


N°5 – The Grudge

Le morceau débute avec une forme de véhémence fluide, qui laisse place à un chant presque robotique, très haché. Un groove très prenant s’installe peu à peu avec une voix qui devient plus sensuelle. Puis le ton durcit, sans pour autant perdre son groove. Les changements de rythme entraînent l’auditeur sur le questionnement d’un individu qui n’arrive pas à se défaire du poids du passé pour arriver à transcender. Tool finit par lâcher les chevaux et dans l’explosion finale c’est le lâcher prise qui apparait comme la résolution.


N°4 – Schism

Un morceau parfait du début à la fin. Le riff d’intro, qui transforme un arpège en riff accroche très vite l’oreille. Les changements de rythmes, les passages plus aériens voire carrément hypnotiques sont emprunts d’une fluidité magnétique. La thématique relationnelle au cœur du morceau est soulignée avec brio par des paroles et un chant, qui met en exergue les aspects primordiaux du lien entre deux entités. Ainsi, le mot communication, principal moteur d’une relation, est répété pour insister sur le fait que lorsque la communication s’arrête c’est là que vient le schisme.


N°3 – Wings For Marie Pt 1 + Pt 2

Comment ne pas pleurer à l’écoute de ce morceau ? La mère de Maynard, atteinte d’un anévrisme intracrânien qui la laisse paralysée, décède 10 000 jours après. La foi de sa mère en Dieu malgré les épreuves et les situations de rejets de la part de sa communauté religieuse a été prédominant dans certains titres. Sur “Judith” de A Perfect Circle, Maynard évoque son incompréhension avec véhémence. Sur “Wings For Marie”, il déclare son amour et admiration pour une personne qui mérite plus que tout autre être le paradis. La charge émotionnelle de ce titre est bouleversante. Musicalement, les progressions, les passages de doutes et la montée finale sont saisissants. Un titre poignant du début à la fin.


N°2 – Forty Six & 2

Le morceau reprend l’idée de Carl Jung selon laquelle les humains se doteront de deux chromosomes supplémentaires pour atteindre la prochaine étape de leur développement. La progression du morceau suit le combat de l’être, en prise avec ses ombres et dangers qui entravent sa transformation. Là encore c’est la fluidité du riff d’intro qui capte l’attention. Le ton durcit dans les refrains pour une explosion jouissive.


N°1 – Lateralus

Le chef-d’œuvre mathématiques de Tool, qui a fait tant parler pour son application de la suite de Fibonacci. Une intro hypnotisante suivie d’une lente montée qui amorce un voyage musical de plus de neuf minutes. Des paroles qui parlent de perte de contrôle au profit de l’aléatoire, sur une instrumentalisation qui ne laisse rien au hasard. Toute la complexité et la maîtrise de Tool transparaissent à travers ce titre qui équilibre savamment les passages puissants et les errances psychédéliques.


Site web : toolband.com

Ecrire un commentaire

Marion Dupont
Engagée dans la lutte contre le changement climatique le jour, passionnée de Rock et de Metal le soir !