BlogSlideshow

Top 10 des morceaux de Marilyn Manson

Du metal industriel au rock alternatif, en passant par le glam ou le blues, Marilyn Manson a toujours su se réinventer en plus de trente ans de carrière et onze albums studio. Revenons sur la carrière du “God Of Fuck” en dix morceaux !

N°10 – Broken Needle

En 2020, Marilyn Manson fait son retour avec le bien nommé “We Are Chaos“. Il le clôture en douceur avec certainement l’une de ses meilleures ballades jamais composées. Jamais le Révérend ne s’était autant livré sur sa vie privée. “Broken Needle” évoque la mère de Brian Hugh Warner qui l’a maltraité quand il était enfant. Elle souffrait du syndrome de Munchausen par procuration, qui fait que les personnes âgées induisent ou exagèrent les symptôme de maladie chez les enfants. C’est loin d’être un morceau en rapport avec un éventuel mal-être comme pourrait le suggérer les paroles.


N°9 – Killing Strangers

“The Pale Emperor” (2015) marque le tournant bluesy de Marilyn Manson, qui lui va comme un gant. Et ce grâce à sa collaboration avec le producteur, compositeur et musicien Tyler Bates. Ce dernier lui écrira également “Heaven Upside Down” en 2017. Une première ébauche est entendue pour la première fois dans le film “John Wick” (2014). Une ouverture typiquement Manson pour son neuvième disque. Et contrairement à ce que pourrait indiquer le nom de la chanson, n’est pas une incitation à la haine.

Comme “Broken Needle” l’est pour sa mère, “Killing Strangers” évoque son père, Hugh Warner. Ce dernier souffrait du syndrome de stress post traumatique après avoir servi dans l’armée américaine pendant la guerre du Vietnam.


N°8 – I Wanna Kill You Like They Do In The Movies

Plus de neuf minutes. LE titre le plus long de la discographie de Marilyn Manson. Le huitième morceau de “The High End Of Low” (2009) devait être, à la base, un freestyle d’une durée de… vingt-cinq minutes ! Du Manson pur jus, on se retrouve dans la tête d’un serial killer prêt à commettre l’irréparable. Un pur chef d’œuvre ! En raison de sa longueur, ce titre n’a été joué en live que deux fois en 2009.


N°7 – Just A Car Crash Away

Changement de registre avec le sixième album “Eat Me Drink Me” (2007). Le disque lorgne davantage vers le rock alternatif que le metal de son prédécesseur, “The Golden Age Of Grotesque” (2003).

Cette ballade poignante lui a été inspirée par la mort tragique de son amie Jennifer Syme, décédée dans un accident de voiture sur le chemin de retour d’une soirée chez Manson.


N°6 – If I Was Your Vampire

Sur le même disque, le titre d’introduction a été inspiré par le geste de dévotion morbide de l’un de ses proches. Quelques années après, on peut aisément deviner que ce proche ne serait autre que Evan Rachel Wood. Elle était sa petite amie de l’époque, sur qui MM aurait eu une emprise totale. Il lui aurait demandé de le poignarder par amour. D’où cette ballade romantico-gothique, qui selon les propos de son auteur “est la pièce maitresse de l’album” décrivant son “fantasme de vouloir mourir”. Un incontournable de son répertoire !


N°5 – Coma White

Cette ballade hard rock clôturant l’électro/glam rock “Mechanical Animals” (1998) a été inspirée par sa romance avec l’actrice Rose McGowan et l’engourdissement que sa consommation de drogue lui a fait ressentir. D’autres ont donné diverses interprétations quant à sa signification, allant d’un morceau portant sur une femme toxicomane à une critique de la culture des célébrités.

Mais ce qu’on retient également de “Coma White”, qui bénéficiera d’une suite sur le disque suivant “Holy Wood” (2000) intitulée “Coma Black”, c’est surtout son clip. La vidéo iconique a été réalisée par Samuel Bayer et revisite l’assassinat du président John F. Kennedy. Cela n’a pas manqué : controverse à sa sortie, première diffusion retardée en raison du massacre de Columbine High School et la mort de John F. Kennedy Jr.


N°4 – The Last Day On Earth

C’est l’une des plus belles ballades composées par MM. Et pourtant, ce titre n’aura été joué que par trois occasions en live. En 1998 puis presque quatorze ans plus tard, deux fois en 2012.


N°3 – Antichrist Superstar

Grâce à ce disque, le premier volet du triptyque incluant également “Mechanical Animals” (1998) et “Holy Wood” (2000), Manson confirme définitivement son statut de shock rocker. L’Amérique l’a crée, Marilyn Manson s’autoproclame l’antéchrist superstar. Il s’inspire tout en rendant hommage à l’œuvre de Friedrich Nietzsche, particulièrement sa vision du Surhomme.

“Antichrist Superstar”, qui voit Manson dans l’âge d’or de sa carrière et non du grotesque (vous l’avez ?), est aussi une critique sociale qui utilise cette prémisse comme une métaphore des éléments fascistes perçus du mouvement politique conservateur et de la droite chrétienne en Amérique du Nord.

Ce morceau reste l’un des moments phares et polémiques des concerts de Manson. Ce dernier, grimé en politicien, se désarticule tel un pantin du haut de son pupitre floqué d’un logo parodiant la croix gammée nazie. Pour couronner le tout, il déchire ou brûle la Bible avant d’en jeter les lambeaux au public.


N°2 – Sweet Dreams (Are Made Of This)

Manson excelle dans l’art des reprises. Outre le commercial “Tainted Love” paru quelques années plus tard en guise de B.O. du film “Sex Academy” (2001), LA cover la plus originale de MM est clairement sa version du hit de Eurythmics parue sur le deuxième album “Smells Like Children” sorti en 1995.

Ce disque, qui voit les premières participations des musiciens Twiggy Ramirez (basse) et Ginger Fish (batterie), représente la période trash et expérimentale du groupe. Le clip de “Sweet Dreams (Are Made Of This)” en est la parfaite illustration tout en aidant le groupe à devenir mainstream.


N°1 – Get Your Gunn

C’est avec son premier single que le Révérend a été déclaré “ennemi public numéro un” des États-Unis. Ce premier single du premier album “Portrait Of An American Family” (1994) a été co-écrit avec les guitaristes et bassistes originels Daisy Berkovitz et Gidget Gein et co-produit par Manson et Trent Reznor (Nine Inch Nails). Il a été inspiré par l’assassinat de l’avorteur David Gunn par un activiste pro-vie. Ce morceau a été au cœur d’un scandale qui a fait la renommée du désormais “shock rocker”.

Suite à la fusillade de Columbine High School en 1999, l’extrême droite américaine avait accusé la chanson d’avoir contribué au passage à l’acte des ses deux auteurs. A l’époque, Manson avait répondu avec intelligence à ces accusations dans le documentaire de Michael Moore, “Bowling For Columbine” (2002).

Ironie, quand on sait que ce titre, considéré comme l’une des chansons les plus controversées de tous les temps, a marqué le virage politique du chanteur. Le politiquement incorrect de Marilyn Manson dans toute sa splendeur !

Pour l’anecdote, le clip sera la seule fois où l’on verra les sourcils de MM.


Site web : marilynmanson.com

1 Commentaire

  1. This top ten enlightened me as to the events that inspired these songs. Only a few are very familiar to me, which gives me more opportunity to embrace MM’s craft as a poet and as a musician when I explore the less familiar songs . I feel an eerie yet spiritual connection to his music and to him, as close as two strangers can be. I got addicted to Marilyn’s music one song at a time; replaying it over and over and watching the videos over and over again and again till I moved forward to the next “drug”. He has made me a stronger person, able to express and purge my many demons to help me help others (my students of 34 years of teaching high school English and my circle of friends). I even published a book of poetry, revealing some of my most painful memories growing up, getting older, and by listening to my students. Come to Light by Morgan Gray on Amazon. Thanks to you, MM, and I send you all my love and admiration.

Ecrire un commentaire

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife