BlogSlideshow

Top 10 des morceaux de Madina Lake

Alors que Madina Lake vient de sortir “The Beginning Of New Endings” à la surprise générale (et même des fans), c’est l’occasion de faire un point sur une carrière de près de quinze ans !

N°10 – Imagineer

Single faisant partie de l’album “World War III” et censé clôturer l’arc narratif autour d’Adalia et de la ville fictive de Madina Lake (mais nous y reviendrons), “Imagineer” est sorti en 2011. Ce single a été produit par Billy Corgan des Smashing Pumpkins, groupe favori des jumeaux Leone. Ce disque était le temps du renouveau pour les Américains : départ de chez Roadrunner, arrivée chez Razor & Tie, et début du hiatus du groupe.

Avec son coté exubérant et ses guitares largement mises en avant, la voix de Nathan Leone résonne avec force. Une chanson entraînante et une production propulsant un titre pop vers les cieux d’un single efficace.


N°9 – Lila, The Divine Game

Les fans de Madina Lake savent que la formation ne se contente pas d’aligner les petites pépites emo rock, mais aussi que les doigts de fée de Mateo Camargo composent de longs morceaux complexes et instrumentaux. Le titre de fin de “Attics To Eden” en est un exemple très abouti. Donnant son nom à un livre bien plus tard, le titre issu de l’album sorti en 2009 est une boucle douce et sombre d’électronique, rythmée de voix crépusculaires et d’une ambiance envoûtante. Un titre hanté.


N°8 – Tiny Weapons

Lui aussi issu du dernier EP “The Beginning Of New Endings“, “Tiny Weapons” fait le pont entre le mal aimé “World War III” et un éventuel prochain album. A l’image du EP, à cheval entre le passé et le présent. Un morceau plus profond et travaillé qu’on peut le croire.


N°7 – Let It Go

Un peu de romantisme et de douceur : cela aussi les Américains savent le faire. Avec “Let It Go” sur l’EP “The Dresden Codex” (sorte d’album préparatoire à “World War III” puisque plusieurs titres sont présents sur les deux disques), Madina Lake sort les guitares acoustiques et la réverb’. Un titre un peu en décalage du travail habituel du quartette, et rien que pour cela il vaut le coup d’y jeter une oreille.

Titre à compléter par la lecture du livre écrit par Matthew Leone “Lila, The Divine Game”, clôturant la mythologie du groupe.


N°6 – Playing With Fire

En 2017 et après un silence de quatre ans, Madina Lake annonce un nouvel EP. “Playing With Fire” sortira finalement en 2020 à la surprise de beaucoup de fans qui ne s’y attendaient pas.

C’est finalement avec beaucoup de soulagement que les fans accueillent le titre. Du pur Madina Lake. C’est moite, chaud, électronique, efficace et la voix de Nathan est toujours là. A écouter pour ceux curieux de “l’ère moderne” de Madina Lake, et pour tous ceux qui souhaitent voir comment ont évolué les emos des années 2010.


N°5 – Pandora

Là où “From Them, Through Us, To You” (2007) semble s’adresser très simplement à des adolescents en mal de punk rock à mèche, quelques petites trouvailles s’y cachent soigneusement. Telle cette Pandora, sortant de sa boîte pour nous conter ses aventures de tromperie, d’adultère et de désir.

Quelques relents de post hardcore se font sentir sur le pont et le refrain final, mais c’est l’atmosphère poisseuse avec ses boucles électroniques que l’on retiendra. Comme un goût métallique sur le bout de la langue dont on n’arrive pas à se débarrasser.

Pour rester dans la même veine de titres charnels, “Fireworks” et “Statistics” font un joli triptyque.


N°4 – Welcome To Oblivion

Encore une fois issu de “Attics To Eden”, la bombe “Welcome To Oblivion” s’écoute comme une sucrerie emo pop. Son texte tournant autour de la paranoïa va longtemps rester ancré en tête et vous aurez du mal à ne taper du pied pendant la chanson. Rapide, efficace et bien fait. Que dire de plus ?


N°3 – Never Take Us Alive

Bijou de programmation électronique et de pop instantanée, “Never Take Us Alive” ouvre le deuxième disque “Attics To Eden”. On continue de filer l’histoire d’Adalia dans l’univers de Madina Lake, en abordant cette fois ci des concepts plus “métaphysiques”: le voyage d’Adalia vers Eden, le désir de l’échappatoire, la paranoïa rampante.

Ici, les guitares acérées de Mateo Camargo et la voix puissante de Nathan Leone portent le morceau et nous donnent envie de chanter à tue-tête. A écouter de préférence très fort, les fenêtres ouvertes afin d’en faire profiter les voisins.


N°2 – Here I Stand

Sur la deuxième marche de ce top non exhaustif, mais le plus objectif possible, probablement l’un des titres les plus écoutés sur Spotify. “Here I Stand” et son album “From Them, Through Us, To You” ont fait exploser Madina Lake sur la scène internationale. Mélange d’emo, de rock multi-vitaminé et d’éléments électroniques recherchés, ce premier album a propulsé les Américains de Chicago sur les plus grandes scènes des festivals musicaux.

Avec son refrain entêtant, ces chœurs puissants et ses harmonies efficaces, difficile de faire l’impasse sur ce titre en 2009. L’un des meilleurs morceaux composés par le groupe, à l’époque mal à l’aise sur cette scène emo qui leur ressemblait peu. Malgré tout, ils ont su en tirer le meilleur et produire des pépites rock comme celle-ci.


N°1 – House Of Cards

Avec ses harmonies de guitare et sa ligne de basse entêtante et sombre, le décor est posé pour “House Of Cards”. Chanson hurlant le mal être et la douleur avec la voix éraillée de Nathan, ce titre est un tube en puissance. C’est en tout cas l’un des plus emblématiques du groupe.

“From Them, Through Us, To You” et son histoire de ville fictive nous a livré un album où rien n’est à jeter ! “House Of Cards” est le morceau le plus puissant de ce disque, un coup de poing dans l’estomac avec ses guitares rageuses et sa batterie énervée. Nulle question de lueur d’espoir dans ce morceau, uniquement l’abysse la plus sombre et la plus profonde de l’être humain. Un titre d’une noirceur extrême mais d’une efficacité redoutable.

Avant de quitter cette page, jetez une oreille sur les autres titres de Madina Lake, vous ne serez pas déçu du voyage.

Ecrire un commentaire

Laura Navarre
J'ai annoncé à mes parents à 16 ans que mon objectif professionnel était de produire la prochaine tournée de U2. Depuis de l'eau a coulé sous les ponts (et U2 fait de la musique relativement passable). Passionnée de musique depuis son plus jeune âge, je me suis écartée du chemin musical parental (Queen & la chanson française), pour rejoindre celui autrement plus sympathique du ROCK.