BlogSlideshow

Top 10 des morceaux de Lifehouse

Si Lifehouse est une valeur sûre aux États-Unis, la bande de Jason Wade reste néanmoins méconnue ailleurs dans le monde, notamment en France. Revenons sur dix titres qui ont fait la renommée du quatuor américain rock alternatif depuis le premier album “No Name Face” (2000), qui célèbre cette année ses vingt ans !

N°10 – From Where You Are

Avant de figurer sur le cinquième album “Smoke & Mirrors” (2010), ce doux morceau avait, à l’origine, été composé par Jason Wade dans le cadre du programme de conduite pour adolescents de la compagnie d’assurance américaine “Allstate”. Ce titre de 2007 est également dédié à un ami du chanteur décédé d’un accident de voiture à l’âge de seize ans.


N°9 – Falling In

Également tiré de “Smoke & Mirrors”, ce morceau est un mélange de pop et de rock. Il est né de la collaboration entre le frontman Jason Wade, le chanteur et compositeur Kevin Rudolf et le producteur et manager de Lifehouse, Jude Cole. Le tout a été composé en seulement une demi-heure !


N°8 – First Time

Pour l’anecdote, Jason Wade a du réfléchir profondément pour composer le premier single du quatrième disque “Who We Are” (2007). Musicalement, cette chanson power pop, dotée d’une touche de rock alternatif, traite du thème de la naissance d’une romance. Par ailleurs, le clip signé Sean Mullins l’illustre avec brio. Il présente en effet des images de vrais couples tombant amoureux pour la première fois.


N°7 – Whatever It Takes

Après le coup de foudre, vient le temps des turbulences. Toujours issu de “Who We Are”, le message de cette ballade pop rock porte sur les difficultés d’être en couple. “Parfois, vous faites des choses pour décevoir l’autre personne. En laissant tomber quelqu’un et en essayant de réparer une relation qui semble quelque peu vous échapper”, explique Jason Wade.


N°6 – Broken

Le troisième single de “Who We Are” a été inspiré par un ami de Jason Wade qui avait besoin d’une greffe de rein. Cette ballade, à propos de la fragilité de la vie, a été éditée spécialement pour l’envoi en radio afin de lui donner un côté plus “rock”.

Pour le clip, Lifehouse a fait appel à Kiefer Sutherland (“24 Heures Chrono”), ami du co-producteur Jude Cole, et au réalisateur Frank Borin. A noter que les images font référence au film “Sixième Sens” (2000).


N°5 – Blind

Il s’agit du deuxième single tiré du troisième album éponyme “Lifehouse” (2005). Ce dernier voit la participation de Bryce Soderberg (basse) et Rick Woolstenhulme, Jr. (batterie), deux des membres actuels du quatuor américain rock alternatif.

Si les paroles pourraient faire penser à une chanson à propos d’un amour impossible, la vérité est toute autre.

Comme le montre la vidéo officielle, “Blind” évoque un père de famille aux multiples conquêtes féminines. Celui-ci ne prend pas en compte ce que ressent son propre enfant et n’est de facto pas présent pour lui. Une situation vécue par Jason Wade.


N°4 – Take Me Away

Avant d’exploser avec “You & Me” en 2005, Lifehouse manque de peu le succès avec le second single du deuxième album “Stanley Climbfall”(2002). Au premier abord, on pourrait croire que les paroles parlent d’un jeune homme qui se languit d’un amour perdu. Cependant, le message est beaucoup plus spirituel que cela. Pour Jason Wade, qui a composé cette chanson d’amour après les attentats du 11 septembre 2001, elle évoque le souhait de s’échapper de la condition du monde.


N°3 – You And Me

C’est LE morceau qui résume Lifehouse aux yeux du grand public. Mais aussi et sans aucun doute possible LA chanson destinée à tous les nouveaux mariés. La preuve : une version longue pour mariage figure sur une réédition de l’album “Who We Are”. Après tout, l’amour est un sujet universel qui parle à tout le monde !

Chacun aura son interprétation personnelle des paroles en fonction de sa propre expérience. Qu’elles soient destinées à l’élu(e) de son cœur ou même à Dieu. La référence spirituelle étant une constante dans les textes de Jason Wade.

Inutile de préciser que cette fois-ci, le succès commercial est au rendez-vous. “You And Me” s’écoule à plus de 500 000 ventes physiques mais est aussi la neuvième chanson la plus téléchargée aux Etats-Unis à sa sortie en 2005. La chanson connaîtra également un rayonnement international dans les autres pays anglo-saxons, notamment en Australie et en Nouvelle Zélande.

C’est également le titre de Lifehouse qui a été le plus diffusé dans les séries américaines, à commencer par “Smallville”.


N°2 – Hanging By A Moment

Il y a vingt ans, Lifehouse s’est fait connaître grâce au premier single de son album “No Name Face”. Composé par le chanteur Jason Wade en seulement cinq minutes, il ne s’attendait pas du tout au succès à venir de ce morceau post grunge contenant des influences rock alternatif.

Le message de cette chanson d’amour s’applique aussi à la genèse de cette chanson intergénérationnelle : “C’est à propos d’essayer de rester dans le moment, de rester présent, et de profiter des moments tels qu’ils se produisent”, dixit Jason Wade.

Pour preuve, depuis maintenant deux décennies, il s’agit en effet du single le plus populaire de Lifehouse dans le monde entier depuis 2001.


N°1 – Everything

Si pour le grand public Lifehouse se résume presque seulement à “You And Me”, les aficionados vouent un culte au titre de clôture de “No Name Face”, qui, comme son grand frère, peut également faire office de parfaite chanson de mariage. Notamment en raison de sa lente progression jusqu’au climax final.

Méconnue pour le commun des mortels, “Everything” est pourtant LA ballade made in Lifehouse ! Elle doit particulièrement son succès grâce à sa diffusion pour la première fois dans “Smallville”. La série américaine consacrée à la jeunesse de Clark Kent/Superman est souvent associée à “Everything”. Et à contrario, Lifehouse est également estampillé comme le groupe de “Smallville”.

Comme pour toutes les chansons du répertoire de Lifehouse, cette ballade est “une chanson interprétative” et peut donc se lire de diverses façons : la plupart la voit comme un morceau romantique alors que d’autres comme un titre spirituel. Chacun peut donc interpréter le sens comme bon lui semble, comme nous l’avait expliqué le bassiste Bryce Soderberg lors d’une interview en 2015.


Site web : lifehousemusic.com

Ecrire un commentaire

Anthony Bé
Fondateur - Rédacteur en chef du webzine RockUrLife